lundi 24 décembre 2012

Décorations maison pour Noël (FLTM)

Un petit article de dernière minute car comme vous savez, par ici, pas de mois de décembre sans se plonger au moins un peu dans la déco de Noël.
Mot d'ordre pour cette année : pas le temps d'inventer, ni de faire compliqué alors on se contente de chopper de bonnes idées ! Et on peut dire que cette année, il y avait l'embarras du choix...



Un trophée au mur en masking tape

L'avantage du masking tape est de pouvoir tout oser, particulièrement en recouvrant les murs de grands dessins : ce scotch repositionnable ne laisse pas de traces et se colle et décolle à loisir.
Sapin, étoile ou renne façon trophée de chasse : ils habillent en un clin d'oeil un mur blanc!
L'idée et le modèle du renne sont un peu partout depuis l'année dernière et c'est très facile à reproduire. Et puis ayant un vrai sapin dans le salon, j'ai choisi de mettre le renne au mur plutôt que l'inverse...



Toute explication paraît plutôt superflue tellement c'est simple mais je vous conseille tout de même de faire un dessin préalable sur  papier, à petite échelle, pour bien évaluer les proportions que prendra le dessin.
Découper et positionner au fur et à mesure le masking tape en prenant un peu de recul autant que nécessaire pour s'assurer que le tracé reste droit et équilibré.
De toute façon, c'est fastoche, avec le masking tape on peut se tromper et recommencer à l'infini.



Le Père Noël en boîte

Voila une idée toute simple et rigolote trouvée sur le superbe Sweet Paul Magazine et vu également ici : quelques petits sujets de Noël qui traînent, du gros sel et un bocal vide pour obtenir en moins de deux une déco vintage, d'ailleurs pas si éloignée des boules de neige à retourner.



Matériel :
  • pot, bocal en verre (de confiture ou plus vintage si vous avez)
  • du gros sel
  • des petits sujets de Noël
  • une branche de sapin

Placer du gros sel au premier tiers du récipient. Déposer les petits sujets en les faisant tenir dans le sel. Refermer le pot. Si la verrerie utilisée ne présente pas un grand intérêt, retravailler le couvercle avec un peu de peinture ou de scotch fantaisie.


Village en briques

Attention, on rentre dans les vrais travaux pratiques et pour le coup, cela vous prendra un peu plus de temps. J'ai complètement craqué en voyant ces jolis maisonnettes chez Cocorely : du matériel facile à réunir, de la récup', pas de tour de main difficile et un effet final très sympathique.




Matériel :
  • des briques de jus de fruits, lait ou crème de différentes tailles
  • du papier aux couleurs de Noël
  • cutter et ciseaux
  • colle/scotch
  • masking tape
  • coton
  • une guirlande lumineuse
  •  
     
Inciser les portes et fenêtres sur le devant du carton.
Coller le papier tout autour du carton. Ouvrir le dos des briques au cutter et découper le papier là où le carton est déjà découpé pour former les fenêtres.
Coller du carton au-dessus de la brique en le laissant un peu dépasser pour former le toit.
Mettre du coton à la sortie du bouchon pour simuler la fumée d'une cheminée.
Coller les maisons entre elles.
Cocorely a une technique un peu différente et je vous laisse aller voir ses propres explications plus développées qu'ici.



J'ai placé quelques bougies chauffe-plat dans les petites maisons le temps de la photo mais vu la vitesse à laquelle le carton a chauffé, j'ai préféré les retirer rapidement. Par contre, en utilisant une guirlande lumineuse comme celles prévues pour les sapins, cela conviendra très bien.









En vrac, cette année il y a eu également un calendrier de l'avent tiré du superbe site mini eco ou les photophores spécial "feignants et zéro matos" où les bougies chauffe-plat se suffisent à elles-mêmes encore une fois grâce au masking tape.
Bref, au cas où vous ne l'auriez pas compris, c'est encore avec le masking tape que les décos de Noël ont un bel avenir!





Et puis comme c'est la coutume, vous ne partirez pas réveillonner avant de jeter un oeil sur notre sapin 2012!












Joyeux Noël
à tous
et bonne fin
d'année!

dimanche 18 novembre 2012

Lumières et saveurs d'automne

Dimanche sacrément gris et automnal, non ? J'ai ce qu'il vous faut !
Un dessert aux pommes tout caramélisé et quelques lumières douces pour rester bien au chaud.



Sablé breton - pommes tatin

Pour ce dessert individuel, plusieurs recettes sont assemblées :
- un palet breton
- des dés de pommes façon tatin
- une petite tuile au citron et du caramel pour la déco




Ingrédients (pour 4 desserts individuels avec des cercles de 7 cm de diamètre) :

palets bretons
  • 1 jaune œuf
  • 45 g de sucre en poudre
  • 50 g de beurre mou
  • 65 g de farine
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1/3 de sachet de levure chimique

pommes façon tatin
  • 2 grosses pommes
  • 100 g de sucre en poudre
  • 2,5 cl d'eau tiède
  • 25 g de beurre

tuiles au zeste de citron (pour une quinzaine de tuiles)
  • 25 g de sucre
  • 12 g de beurre
  • 1/2 cc de zeste de citron
  • 1 CS de jus de citron
  • 12 g de farine tamisée

Pour les palets bretons 
(d'après la leçon n°6 "Sablé breton" de Christophe Felder, Pâtisserie. L'Ultime référence)

Fouetter le jaune d’œuf et le sucre jusqu'à blanchiment. Ajouter le beurre mou et mélanger avec une spatule en bois. Ajouter le mélange farine-sel-levure, préalablement tamisé. Mélanger pour obtenir une pâte homogène. Envelopper la pâte de film alimentaire et placer au réfrigérateur pour 2h.

Préchauffer le four à 180°C.

Sortir la pâte du réfrigérateur, l'étaler à l'aide d'un rouleau, entre deux feuilles de papier sulfurisé, de façon à obtenir une épaisseur de 4 à 5 mm.
Enfoncer les cercles sur la pâte et enlever le surplus de pâte autour.
Enfourner pour une quinzaine de minutes (jusqu'à ce que le dessus soit légèrement doré).
Sortir du four, laisser refroidir avec les cercles car ils serviront pour le dressage de l'assiette.

Pour les pommes 
(d'après la leçon n°196 "mini-tatin" de Christophe Felder, Pâtisserie. L'ultime référence)

Préchauffer le four à 180°C.
Éplucher les pommes et les couper en petits dés. Les mettre dans un plat allant au four.
Faire fondre le sucre à sec dans une casserole, sur feu vif. Lorsque le sucre est brun clair, verser l'eau tiède dessus. Mélanger pour homogénéiser le caramel. Ajouter le beurre et mélanger à l'aide d'une cuillère en bois, toujours sur le feu.
Verser ce caramel sur les pommes (en laisser un peu de côté pour la décoration de l'assiette si vous le souhaitez). Couvrir le plat de papier d'aluminium et enfourner pour une trentaine de minutes en remuant de temps en temps. Les pommes doivent prendre une couleur bien dorée. Si besoin, terminer la cuisson à découvert pour laisser s'évaporer l'eau caramélisée du fond du plat.
Laisser refroidir et éventuellement égoutter les pommes s'il reste encore beaucoup d'eau.

Déposer les dés de pommes dans les cercles, au-dessus des palets bretons, en les tassant un peu. Retirer le cercle juste avant de servir.

Pour les tuiles en décoration
(d'après la recette du Sot l'y laisse)

Préchauffer le four à 160°C.
Faire fondre le beurre. Ajouter le sucre. Mélanger. Ajouter le zeste de citron râpé très finement puis la farine, mélanger.
Pour chaque tuile, déposer un peu de pâte sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. L'étaler en formant un disque de pâte très fin (lors de la cuisson, elle va s'étaler encore un peu).
Enfourner pour 12 à 15 min mais ne les laisser pas trop colorer.
Sortir la plaque du four. Laisser refroidir quelques instants, jusqu'à ce que vous puissiez décoller les tuiles sans qu'elles ne se déchirent mais avant qu'elles ne soient trop rigides.
Les placer aussitôt sur un rouleau à pâtisser pour qu'elles prennent une forme arrondie et laisser refroidir.


Conseils d'organisation pour la recette :
- Commencer par préparer la pâte des palets bretons
- Lorsque la pâte repose au réfrigérateur, préparer les pommes
- Pour éviter que les pommes ne détrempent complètement les palets bretons une fois les desserts dressés, deux solutions :
  • égoutter les pommes et dresser le dessert seulement une dizaine de minutes avant de servir
  • passer une fine couche de chocolat blanc fondu sur le palet breton afin de rendre le biscuit hermétique à l'humidité


Lumière automnale

Une chouette idée trouvée grâce à Martha Stewart pour recycler les malheureuses feuilles mortes. Et par les temps qui courent, c'est plutôt facile à trouver!




Matériel :
  • de vraies feuilles mortes ramassées dans le coin de nature le plus proche
  • du vernis-colle
  • des petits pots transparents qui supportent la chaleur
  • des bougies chauffe-plat




Ramasser des feuilles mortes.
Les faire sécher une dizaine de jours selon la technique des feuilles placées à plat entre plusieurs feuilles de papier puis sous des livres bien lourds. Les feuilles vont perdre leur eau, s'assécher et devenir plus fines et légères.
Prendre des petits pots qui vous serviront de photophores.
Coller les feuilles mortes avec le vernis-colle et laisser sécher quelques heures.




dimanche 2 septembre 2012

Les amaretti du nord de l'Italie

Avant la Toscane et sa panzanella, il y a eu également quelques jours dans le nord de l'Italie à la découverte de Turin, des Langhe et de Gênes, où nous avons été charmés par l'accueil et la richesse des villes et paysages.
Ici encore, beaucoup de plaisirs culinaires : farinata, baci di dama, pesto génois et de délicieux jambons italiens. Surtout, on a fait le plein d'amaretti. Ces macarons italiens sont présents un peu partout dans le pays et chaque région se targue d'avoir la meilleure recette et d'en être à l'origine. Pour autant, c'est bien de l'Italie du nord qu'ils sont originaires : Lombardie ou Piémont, c'est selon!



Pour les faire, un jeu d'enfant! Cela fait partie de ces quelques recettes où je me demande comment il est possible d'obtenir un résultat si divin avec si peu d'ingrédients, si facilement et si vite.
Bref, autant inratables que délectables!


Ingrédients (pour une trentaine d'amaretti) :
  • 2 blancs d'oeufs
  • 200 g de poudre d'amande
  • 150 g de sucre en poudre
  • 3 à 4 cc d'arôme d'amande amère (ou 3 à 4 gouttes d'extrait d'amande amère)

Détendre légèrement les blancs d'oeufs avec l'amande amère, en les battant à l'aide d'une fourchette.
Ajouter le mélange poudre d'amande et sucre en poudre. Amalgamer le tout jusqu'à l'obtention d'une pâte homogène qui doit être épaisse.
Placer le tout au réfrigérateur pour une bonne demie heure. Former des boules de pâte de la taille d'une noix à l'aide des mains légèrement humidifiées et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Aplatir légèrement les amaretti avec la paume de la main, toujours humide.

Enfourner pour 15 min à 180°C.




Il ne faut pas laisser le temps aux biscuits de dorer afin qu'ils restent bien moelleux et à peine cuits en leur cœur.
Laisser refroidir avant de déguster avec un bon café par exemple puis les conserver dans une boîte en métal.







 Turin : San Lorenzo, Ponte Umberto I sur le Pô,
marché de la piazza della Repubblica

Gênes : palazzo della via Garibaldi, Boccadasse, palazzo dell'università


Pour plus de photos, c'est par ici.


Comme dans notre article sur la Toscane, voici en bonus quelques bonnes adresses, car en Italie du nord, on ne rigole pas avec la gastronomie : Turin est le berceau de la slow food et de la tendance locavore qui prônent respectivement un retour à la cuisine régionale, conviviale (en opposition aux fast food) et avec des produits locaux. C'est ici que sont nés des enseignes aussi chouettes que Grom et Eataly, bref ce n'est pas rien!

- Eataly (Turin, Gênes ou encore Milan pour l'Italie du nord)
Eataly est un concept de "supermarché-restaurant", version gastronomie saine et bio, plutôt chic : on y trouve de l'épicerie fine, des rayons frais comme dans une sorte de Monoprix ou Lafayette Gourmet mais aussi des restaurants-comptoirs organisés par thématiques : pasta/pizza, poissons, viandes, légumes, etc. Pas si glam' dis comme ça? Croyez-moi, ici les produits sont de qualité et à un prix  raisonnable, on y mange bien, en particulier de bonnes pâtes, avec un système de plats du jour. Côté épicerie, coup de cœur par exemple pour les amaretti, gressins ou encore pâtes qui sont proposés dans un large choix.
- Grom
C'est tout simplement la rolls de la glace. Encore une chaîne?! Et alors? Chez Grom les glaces sont faites avec des techniques artisanales mais aussi des produits bons et bio. C'est LA valeur sure où que vous alliez. Et puis quelle chance, il existe même une enseigne à Paris!
- Dausin - cibi vicini, via Goito 9 angolo via Galliari, San Salavario, Torino
Un restaurant familial, traditionnel et en même temps inventif qui prône lui aussi une cuisine locavore : "0 kilometri, 0 sprechi" (c'est à dire "zéro kilomètre, zéro gaspillage") avec des plats typiques du Piémont. Un superbe accueil et pour terminer le repas en beauté il y a aussi la possibilité de déguster juste à côté, dans la même enseigne, de délicieuses glaces artisanales : nous nous sommes délectés d'un sublime sorbet au ramasin, petite prune violette du Piémont de la taille de nos mirabelles.
- Une petite boutique de biscuits dans une des rues principales de Barolo : impossible de retrouver ses nom et adresse ; par contre je me souviens comme si c'était hier du goût de ses biscuits secs au barolo, à l'huile d'olive, à la noisette mais surtout des baci di dama qui sont deux biscuits à la noisette collés deux à deux avec du gianduja : la spécialité du coin!
- La Strambata, Piazza Nettuno, Boccadasse, Gênes
Dans le petit port de Boccadasse, du côté de la "croisette" des Génois, idéal pour  l'apéritivo (7,50 euros pour deux boissons et buffet apéritif directement sur la plage, plutôt sympa, non?)

mardi 31 juillet 2012

Panzanella - un petit goût de Toscane

Pas un voyage sans goûter aux saveurs locales.
Glaces, pici, glaces, papardelle, glaces mais aussi panzanella ont ainsi rythmé notre séjour en Toscane !




Et pour notre retour c'est la panzanella que nous avons décidé de vous faire découvrir!
Recette emblématique de la région, cette salade de pain est considérée comme un plat du pauvre et cuisinée depuis des siècles. Elle fait la part belle aux restes et produits toscans : du pain doré comme les champs de blé, de belles tomates qui ont rougi sous le soleil, du basilic et de l'huile d'olive, trésor local.


Ingrédients (pour 4 personnes):
  • 8 à 10 bonnes tomates bien mûres
  • 4 à 6 épaisses tranches de pain type miche, un peu rassies
  • 3 CS d'huile d'olive et 1 CS de vinaigre balsamique
  • thym, romarin
  • basilic
  • sel, poivre

Couper le pain en larges dés et les faire poêler dans un peu d'huile d'olive avec quelques herbes (thym, romarin) jusqu'à ce qu'il soit bien grillé. Laisser refroidir.
Couper les tomates en quartiers. Les assaisonner avec un peu de sel, du poivre, l'huile et le vinaigre balsamique.
Placer au réfrigérateur jusqu'à ce que cela soit bien frais et pour laisser le temps aux tomates de rejeter une partie de leur eau.
Ajouter le pain aux tomates et bien mélanger pour qu'il s'imbibe de la sauce et du jus des tomates. Couper du basilic.
Servir sans attendre pour que le pain reste croustillant mais imbibé juste comme il faut!

La version originale préfère un pain qui prend le temps de ramollir dans la sauce et le jus des tomates. Elle peut également être complétée d'olives ou oignons coupés finement et se mange très souvent à température ambiante.



San Gimignano, Radicondoli, Sienne, Cole di Val d'Elsa



Pour plus de photos c'est par ici!

Et en prime, voici quelques adresses fort sympathiques où nous nous sommes arrêtés pour quelques découvertes culinaires :
- Pizza da Felice, Via Buia 12, Lucques
Idéal pour un repas sur le pouce : parts de pizza et de cecina "al taglio" (à la coupe) pour quelques euros seulement. (La cecina est une très fine galette à base de farine de pois chiche. Un régal et on espère avoir l'occasion de vous en parler!)
- Pasticceria Pinelli, Via Beccheria 28, Lucques
Bar-Pâtisserie comme on en trouve partout en Italie. Chouette accueil et bonnes spécialités dégustées pour trois fois rien : baba au rhum, torta delizia (gâteau d'amande garni au centre de crème d'amande ou de confiture d'abricot) et ricciarelli (biscuits aux amandes).
La Pergola, Via Garibaldi 22, Radicondoli
Pour découvrir quelques spécialités locales (pici, papardelle al lepre) et dévorer les éternelles pizzas!
- La Vecchia Ghiaccera, Monteriggioni
Après une grimpette jusqu'à la forteresse, rien de tel que le réconfort de ce glacier inattendu : glaces artisanales, naturelles et présentées façon Grom. Chic et local : un régal!
- L'incontournable Grom
Car les glaces en Italie c'est comme les frites chez les Ch'tis : il y en a des très bonnes mais aussi des beaucoup moins bonnes. Heureusement, Grom est une valeur sûre. Alors même si les parfums sont en nombre un peu plus réduit qu'ailleurs et identiques d'une enseigne à l'autre (avec toutefois une nouvelle carte tous les mois!), il est toujours bon de savoir qu'on pourra compter sur lui un peu partout en Italie.

mardi 10 juillet 2012

Cookies multigrains

Des ptits cookies tout ronds bourrés de graines et céréales !




Ingrédients (pour une trentaine de petits cookies) :
  • 100 g de beurre mou
  • 80 g de sucre en poudre
  • 1 oeuf
  • 100 g de farine
  • 1/2 cc de bicarbonate de soude
  • 30 g de flocons d'avoine
  • 15 g d'amandes en poudre
  • 15 g de noix de coco en poudre
  • 100 g d'un mélange de noix, amandes, pignons, pistaches et graines de citrouille grillés
  • 3 bonnes poignées de raisins secs

Travailler ensemble le beurre et le sucre jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène.
Ajouter l'oeuf et mélanger.
Mélanger ensemble le reste des ingrédients et les ajouter au précédent.
Mélanger avec la main.
Placer au réfrigérateur une petite heure pour que la pâte devienne ferme.

Préchauffer le four à 180°C.
A l'aide d'une cuillère ou à la main, former des petites boules de pâte et les placer tel quel sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Enfourner pour 10 à 15 min jusqu'à ce que les bords des biscuits soient légèrement dorés.

Laisser refroidir complètement et se régaler!

dimanche 27 mai 2012

Antipasti de burrata et orange

Tournée générale de soleil, on sort les antipasti, c'est l'heure des apéros en terrasse !



Juste quelques pignons, pistaches, amandes et autres noix, une orange et un bel assaisonnement pour sublimer une burrata, cousine au cœur tendre de la mozza : un coup de couteau et c'est la dégoulinade crémeuse.


Ingrédients (pour 4 personnes) :
  • 1 burrata
  • 1 orange
  • des fruits à coque (noix, amandes, pistaches, pignons de pin)
  • sel, poivre
  • huile d'olive

Peler l'orange à vif et prélever les suprêmes en gardant bien le jus du fruit. Concasser grossièrement les noix, pistaches et amandes. Les faire revenir à sec dans une poêle, tout comme les pignons de pin. Laisser refroidir. Déposer la burrata dans une assiette. Entailler le fromage pour en faire couler la crème. Déposer dessus les quartiers d'orange, parsemer des noix en tout genre. Préparer une petite sauce à base d'huile d'olive et de jus d'orange. Verser sur l'assiette.

Fleur de sel et poivre du moulin
Cuillère et bon pain
Rien de tel pour débuter le festin

dimanche 1 avril 2012

Oatmeal cookies : cranberries et noix

Vous connaissez les oatmeal cookies ? Non ?! Alors peut-être que la traduction française vous parlera davantage !
Il s'agit de cookies aux flocons d'avoine, une variété de cookies importée directement des États-Unis. Pour ma part, c'est là-bas que ce fut la révélation mais on en rencontre de plus en plus souvent par ici.


Considérés comme plus sains, du fait de la présence d'avoine associé souvent à des fruits secs, ils sont une alternative très originale aux classiques cookies au chocolat car le flocon d'avoine donne un goût tout particulier aux biscuits. Mais ne nous leurrons pas, entre le beurre et le sucre, ces gâteaux restent plus gourmands que light !


Ingrédients (pour une vingtaine de cookies) :
La base de la recette vient des "cookies aux céréales et aux raisins secs"
tirés du livre Petits gâteaux chez Marabout

  • 80 g de farine
  • 65 g de beurre
  • 100 g de cassonade
  • 100 g de flocons d'avoine
  • 50 g de noix hachées
  • 1 œuf
  • 1 cc de baking powder
  • 1/2 cc de sel
  • 65 g de cranberries

Préchauffer le four à 160° C.

Dans un saladier, travailler le beurre et le sucre jusqu'à ce que cela soit homogène. Ajouter l’œuf et mélanger de nouveau.
Dans un saladier mélanger tous les ingrédients restants. Ajouter ce mélange au premier et malaxer quelques instants avec les doigts.

Former des petits tas sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Aplatir un tout petit peu le sommet de chaque tas.
Enfourner pour une douzaine de minutes.
Lorsqu'ils commencent à peine à dorer sur les côtés, les sortir du four et les laisser refroidir sur une grille. Ils seront alors croustillants autour et moelleux à l'intérieur.
Déguster ou placer dans une boîte en métal lorsqu'ils sont bien froids.



Vous pouvez décliner les oatmeal cookies à volonté!
Par rapport aux cookies classiques, il suffit de remplacer une partie de la farine contenue dans la recette par des flocons d'avoine entiers ou mixés. A vous de jouer ensuite sur le goût plus ou moins prononcé de l'avoine (faire varier la proportion farine/flocon d'avoine) et sur la texture que vous souhaitez obtenir. A la place des cranberries et noix vous pouvez mettre des raisins secs, abricots, noisettes mais aussi du chocolat ou de la noix de coco. Les possibilités sont quasi infinies comme pour n'importe quel autre cookie!

jeudi 8 mars 2012

Un layer cake au citron meringué pour les 4 ans du blog

Quoi de mieux qu'un énorme gâteau d'anniversaire pour fêter les 4 ans de votre quatre heures bricoleur ?


Vous l'avez remarqué, lors de l'année qui vient de s'écouler, nous avons eu l'occasion de passer quelques vacances de l'autre côté de l'Atlantique. Pas de doute, l'Amérique m'a depuis donné plus d'une idée en pâtisserie et c'est au layer cake de passer le premier à la casserole pour l'occasion!

Petit rappel si vous ne savez pas en quoi consiste le layer cake : il s'agit d'un gâteau à "couches" ou étages, c'est-à-dire une superposition de plusieurs cakes entre lesquels viennent se glisser de la crème, de la ganache ou encore de la gelée de fruits, sans oublier un enrobage de la totalité du gâteau avec un glaçage par exemple. Bref, le gâteau américain par excellence!
Pour cette grande première, j'y suis allée un peu à tâtons, guidée par ma dégustation chez Magnolia Bakery d'un "layer cake à la banane et ganache au chocolat" dont je vous ai parlé il y a quelques articles de cela.

Résultats : une version citron combinant mon gâteau au citron préféré du moment, un lemon curd et une belle meringue italienne façon nuage : bref une très belle surenchère de desserts pour un gâteau énorme et sacrément bon !

Lemon meringue layer cake

Ingrédients (pour 10-12 personnes soit un cake d'une vingtaine de cm de hauteur et 25 cm de diamètre)

cake au citron (pour 3 cakes ronds de 20 cm de diamètre)
  • 180 g (ou 3 x 60 g) de beurre mou
  • 285 g (ou 3 x 95 g) de sucre en poudre
  • 1 1/2 (ou 3 x 1/2) sachet de sucre vanillé
  • 3 x 1 pincée de sel
  • 3 (3 x 1) œufs
  • 405 g (ou 3 x 135 g) de farine
  • 1 1/2 (ou 3 x 1/2) sachet de levure chimique
  • 3 (3 x 1) yaourts natures
  • 1 1/2 (ou 3 x 1/2) citron jaune non traité

lemon curd (pour 2 couches de préparation)
  • 4 citrons non traités (jus et zeste entiers)
  • 4 jaunes d'œuf
  • 2 CS de fécule de maïs
  • 240 g de sucre en poudre
  • 80 g de beurre
  • 8 cl d'eau

meringue italienne (recette de Philippe Conticini)
  • 3 blancs d’œuf
  • 145 g de sucre en poudre
  • 50 g d'eau


Préparer le cake
Plusieurs solutions pour obtenir 3 cakes qui correspondront aux trois épaisseurs du gâteau :
- Préparer et faire cuire 3 fois le même gâteau en prenant un tiers des proportions à chaque fois
- Préparer 1 fois un gâteau avec les 2/3 des proportions et une fois avec 1/3 des proportions
- Préparer un gâteau avec l'ensemble des proportions et le couper en 3 parties égales (il faut un moule très haut dans ce cas-là)

Préchauffer le four à 155°C.
Beurrer et fariner un moule à manquer rond.
Mélanger dans un saladier les sucres et le sel. Ajouter le beurre et travailler l'ensemble à la fourchette. Ajouter les œufs en mélangeant entre chaque. Ajouter la farine, la levure, les yaourts, le jus et le zeste de citron.
Verser la préparation dans le moule à cake et enfourner pour une heure environ.

Préparer le lemon curd
Mélanger tous les ingrédients dans un casserole sauf le beurre. Faire chauffer à feu doux. Lorsque l'ensemble est bien homogène et suffisamment épais pour se tenir, ajouter le beurre et mélanger jusqu'à ce qu'il fonde complètement.
Laisser refroidir.

Dresser le gâteau
Couper le gâteau à l'horizontale dans le cas où vous n'en avez pas fait trois. Étaler du lemon curd entre chaque partie (2 fois donc).
Une fois montées avec le lemon curd, les couches de gâteau risquent de glisser, donc recouvrir tout le cake d'un film plastique transparent en serrant bien et placer au réfrigérateur quelques heures pour que le tout se fixe et se raffermisse. Pendant ce temps, préparer la meringue.


Faire la meringue
(selon la meringue de Philippe Conticini dans Sensations pour sa tarte au citron)
Préparer un sirop en faisant chauffer l'eau et le sucre à 118°C.
Commencer à monter les blancs en neige dans un saladier dès que le sirop atteint 115°C. A 118°C, verser ce dernier sur les parois du récipient tout en continuant de fouetter les blancs. La meringue doit être bien ferme, c'est-à-dire en bec d'oiseau. La disposer sur le gâteau à l'aide d'une spatule de façon à obtenir une forme de cake régulière. Lisser ou faire de jolies irrégularités à la surface de la meringue.
Utiliser un chalumeau pour colorer uniformément le gâteau.
Placer au réfrigérateur avant de servir.


L'intérieur n'était pas aussi joli que souhaité (mauvais calcul pour le sens de la pose des gâteaux et donc une croute disgracieuse au milieu), mais d'extérieur, il en jetait!

mercredi 29 février 2012

Petits sablés salés pour l'apéro

Et si on changeait un peu des gâteaux apéros industriels tout prêts, aussi addictifs soient-ils?!
Par sûre que ceux-là seront plus légers mais au moins ils sont "maison" et on sait ce qu'il y a dedans!


Bons et faciles à faire, ces sablés salés ont déjà pas mal circulé sur les blogs. A partir d'une recette de base, on peut décliner en autant de saveurs que cela nous chante! Pour aujourd'hui, trois parfums au choix :
- parmesan pavot (recette originale rencontrée sur Beau à la louche et Gloubiblog notamment)
- olives et thym
- "goût pizza" : comté, tomates et herbes de Provence


Sablés parmesan - pavot



Ingrédients (pour une cinquantaine de sablés):
  • 180 g de farine
  • 90 g de beurre mou
  • 100 g de parmesan
  • 3 CS de graines de pavot
  • 1 œuf
  • un peu d'eau





Râper le parmesan. Le mélanger à la farine et au pavot. Ajouter le beurre et sabler l'ensemble avec les doigts. Ajouter l’œuf battu et éventuellement un peu d'eau pour former une boule de pâte. La diviser en 3 boudins de 3 à 4 cm de diamètre, les envelopper de papier film et les placer au réfrigérateur pendant une heure.




Préchauffer le four à 180°C.
Lorsque les boudins de pâte sont bien fermes, débiter des tranches de quelques millimètres d'épaisseur et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour 15-20 minutes, le temps qu'ils soient dorés (les retourner éventuellement à mi-cuisson).
Laisser bien refroidir avant de servir.



Sablés olives noires - thym

Ingrédients (pour une cinquantaine de sablés) :
  • 180 g de farine
  • 90 g de beurre mou
  • une vingtaine d'olives noires à la grecque
  • quelques branches de thym (ou 2 CS)
  • 1 œuf
  • un peu d'eau


    Dénoyauter les olives noires et les couper en tout petits bouts.
    Mélanger les petites feuilles de thym, la farine et les olives. Sabler le tout avec le beurre. Ajouter l’œuf battu. Mélanger et ajouter éventuellement un peu d'eau pour former une boule.

    Former 3 boudins de 3 à 4 cm de diamètre avec la pâte et les mettre au réfrigérateur minimum 1 heure afin qu'ils se raffermissent.

    Préchauffer le four à 180°C.
    Lorsque les boudins de pâte sont bien fermes, débiter des tranches de quelques millimètres d'épaisseur et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour 15-20 minutes (les retourner éventuellement à mi-cuisson).
    Laisser bien refroidir avant de servir.



    Sablés "goût pizza" : tomate/herbes de Provence/comté



    Ingrédients (pour une cinquantaine de sablés) :

    • 200 g de farine
    • 90 g de beurre mou
    • 80 g de comté
    • 4 cc rases d'herbes de Provence
    • 2 CS de concentré de tomate délayé dans 2 CS d'eau
    • 1 œuf
    • du sel


    Râper le comté. Le mélanger à la farine et aux herbes de Provence. Ajouter le beurre et sabler l'ensemble avec les doigts. Ajouter le concentré de tomates délayé et l'œuf battu pour former une boule de pâte. La diviser en 3 boudins de 3 à 4 cm de diamètre, les envelopper de papier film et les placer au réfrigérateur pendant une heure.

    Préchauffer le four à 180°C.
    Lorsque les boudins de pâte sont bien fermes, débiter des tranches de quelques millimètres d'épaisseur et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé pour 15-20 minutes le temps qu'ils soient dorés (les retourner éventuellement à mi-cuisson).
    Laisser bien refroidir avant de servir.



    L'essentiel de la recette :
    - en mettant les boudins de pâte au réfrigérateur vous pourrez ainsi aisément découper les sablés sans trop les déformer. C'est également un temps de repos indispensable à la réussite de la recette comme pour toute pâte à tarte par exemple
    - vous pouvez faire varier cette recette à l'infini ! Utilisez toute sorte de graines (courge, sésame, lin)  mais aussi d'herbes (romarin, menthe). Jambon de Parme, chorizo ou tomates confites marcheront très bien.
    - pratique : faîtes cette recette en plus grande quantité! Une fois les boudins de pâte formés, mettez-les au congélateur pour en avoir d'avance. Le jour même, il ne reste plus qu'à débiter les tranches et enfourner!
    - selon vos goûts faites des rondelles plus ou moins épaisses et faites les cuire plus ou moins longtemps pour avoir des sablés plutôt croquants ou un brin moelleux!
    - une fois cuits, comme n'importe quels biscuits, ces sablés se conservent plus d'une semaine dans une boîte en métal (attention à ranger les biscuits dans la boîte seulement lorsqu'ils ont complètement refroidi)


    Et vous? Quelles sont vos idées d'association pour de bons petits sablés salés?

    mardi 24 janvier 2012

    NYC - sweet food (2) : le concept de la pâtisserie unique

    On aura mis du temps pour vous livrer les meilleures adresses de nos vacances new-yorkaises. Il faut dire que ce fut un long travail d'observation et d'expertise : philosopher sur la forme des frites, goûter et regoûter les burgers, muffins, donuts et faire une douzaine de repas par jour se révélèrent être la plus sérieuse des missions.
    Quoiqu'il en soit, la série d'articles touche à sa fin et pour ceux qui nous prennent en cours de route, voici de quoi rattraper le retard :
    NYC - burgers : la vérité est ici
    NYC - bonus tracks salés : et à part les burgers ?
    NYC - sweet food (1) : pâtisseries à la folie

    On ne va pas se le cacher, là-bas, nous ne sommes pas en terre inconnue : nous connaissons la plupart des spécialités américaines et ce sont d'ailleurs eux qui les maîtrisent encore le mieux . Mais ce qui est sûr c'est que nous y avons surtout découvert une approche toute différente de la gastronomie où le concept et l'ambiance rivalisent fortement avec le contenu de l'assiette (ou du cornet à emporter), ce qui n'est pas pour nous déplaire lorsque le tout s'équilibre pour être au top ! Pas de doute, le travail sur l'image est le fort de la ville : nombreux sont les restaurants proposant de chics produits dérivés et leur propre livre de recettes, aussi petit puisse être le lieu. Deux concepts clés sont ainsi apparus : le restaurant qui mise tout sur un produit unique, axé le plus souvent sur la vente à emporter et qui est également gage de qualité, et l'enseigne au décor ultra soigné, où il fait bon cocooner et déguster sans se presser (si on fait abstraction du service).

    Pour ce dernier volet, je vous ai donc concocté un article qui fait la part belle au concept de la "pâtisserie unique" où il ne reste qu'à choisir le goût, à travers un terrible quatuor américain : le donut, le cookie, le brownie et le cupcake. Ça vous parle ? Alors accrochez-vous, ça va saliver car ce sont probablement parmi les meilleurs du genre !



    Doughnut Plant
    Pas de voyage sans vivre un cliché, pas d'Amérique sans policier, pas de policier sans son beignet, pas de New York sans en manger.
    Tout est dit et c'est chez Doughnut Plant qu'on s'en est gavé.
    Une série d'adjectifs pour les qualifier ? monstrueux, moelleux, énormes, légers, dodus, savoureux et délicats. Incompatible tout ça vous trouvez ? Et pourtant... En plus ces donuts sont quasiment zéro culpabilité : malgré leur taille et l'inévitable bain d'huile qui les a vu naître, on jurerait qu'ils sont aussi lights qu'un smoothie ! Le Doughnut Plant est un peu le donut de luxe car un peu plus cher, mais il se veut raffiné, naturel et sain.
    Et puis on ne résiste pas à leur façon de coder leurs beignets : carrés et troués c'est fourré, ronds et troués c'est glacé.




    Valrhona Chocolate, Pistacchio, Banana pecan ... vous en voulez encore, c'est ça? Ok : Strawberry jam, Peach ... les parfums varient au gré des saisons et sont plus alléchants les uns que les autres!

    Doughnut Plant
    Deux boutiques pour les trouver :
    - 379 Grand Street pour un achat rapide : 5m² de boutique, un comptoir tout minus, juste de quoi choisir, payer et s'en aller les dévorer
    - 220 West 23rd Street (Chelsea Hotel) pour s'installer
    Mais également présents dans tous les Dean&Deluca



    The Fat Witch
    Ici c'est brownie. A peine 3m² d'espace de vente, rien pour s'installer, juste le temps de choisir la saveur du carré. Pas plus de 8 parfums proposés, en taille mini ou individuel classique.
    Un bon goût de chocolat, une texture dense et moelleuse : autrement dit un concentré de vice sucré ou tout ce qu'on attend d'un véritable brownie! Classique ou aux noix pour mes préférés, cappuccino ou cerises par exemple pour l'originalité.


    Fat Witch Bakery se situe dans le Chelsea Market, une ancienne usine de biscuits réhabilitée en centre commercial de la food. Beaucoup de belles autres enseignes sont à découvrir à l'intérieur, et pour ne rien gâcher, ce marché se situe au pied de la High Line, endroit idéal pour pique-niquer et déguster ses découvertes tout en jetant un regard neuf et original sur la ville.

    Fat Witch
    Chelsea Market
    75 Ninth Avenue
    New York, NY 10011



    Levain Bakery
    "OMG, so cute !!!" la photo de famille de la cookies crew ! Il n'a manqué que le chocolat-beurre de cacahuète pour qu'elle soit au complet.
    Vous l'aurez compris, chez Levain Bakery, la spécialité c'est le cookie. L'enseigne est 100 % new-yorkaise : on descend quelques marches en sous-sol, on hésite entre les 4 cookies proposés, éventuellement un banana bread mais ne cherchez pas plus loin, il n'y aura ni layers cakes ni cupcakes. Ici encore, on sait se concentrer sur l'essentiel pour que la pâtisserie choisie (le cookie donc) atteigne son paroxysme, et c'est encore une fois un pari gagné.

    4 dol', vous trouvez ça un peu cher?! Ca se voit que vous avez du mal à évaluer et la taille et le poids : du concentré de délice, des cookies comme on aimerait en trouver plus souvent : croustillants, moelleux, cuits et savoureux!

    La valeur sûre : le "pépites de chocolat et noix"
    La découverte : le "oatmeal cookie aux raisins" (c'est-à-dire aux flocons d'avoine)
    Le bémol : le double chocolat, finalement plus proche d'un très bon gâteau au chocolat que d'un cookie (rho c'est bon, faut bien un ptit défaut pour plus de crédibilité).

    Levain Bakery
    167 West 74th St
    New York, NY 10023



    Crumbs
    Et si Crumbs était en train de me faire changer d'avis sur les cupcakes? Je ne sais pas si dans cette chaîne ce gâteau a une taille et un aspect canoniques, mais on peut dire que leur côté "dodu comme un muffin - on met le paquet" est plutôt réussi. Chez Crumbs, on n'y va pas par quatre chemins : si on vous promet un cupcakes aux M&M's et bien vous en aurez tout un sachet en toppings. Vous le voulez au chocolat? Et bien chocolat il y aura partout : dans la pâte, en coeur moelleux, avec ganache au-dessus, pépites en dedans, coulis encore par dessus... C'est pas très subtil mais punaise qu'est-ce que c'est bon! Et comme dirait Maxime : "on ne peut pas dire que ce soit très gourmet mais qu'est ce que c'est gourmand".





    Je me suis laissée tenter par un "pecan pie" cupcake (ci-dessus) qui a fait chavirer mon cœur : pour un cupcake de la taille d'un muffin qui fait la part belle aux toppings et autres customisations en laissant de côté le seul glaçage crème au beurre, moi je dis oui!


    Des enseignes disséminées dans toute la ville, de l'aéroport à Brooklyn avec notamment :
    109 Montague Street
    Brooklyn, NY



    Pour préparer un itinéraire gourmand au top :
    - le blog DelicatesseNY : un carnet d'adresses culinaires tenu par une française avec de chouettes photos permettant de savoir à quoi vous en tenir. Bonus : la mise en téléchargement (pour 1$) de guides thématiques : ice cream et chinese food pour l'instant mais les donuts sont en route.
    - le livre des Pintades intitulé Les Pintades passent à la casserole. Paris et New York en cuisine qui traite des habitudes culinaires de ces deux capitales, est agrémenté de nombreuses adresses et ponctué de quelques recettes.
    - quelques sites pratiques si vous cherchez quelque chose de précis :
    Serious Eat qui propose notamment des palmarès (les meilleurs beignets, muffins, mac'n'cheese, etc.), les articles du New York Times et quelques sites basés sur un système de notation dont Immaculate Infatuation et le famous Zagat
    - enfin, n'oubliez pas de vous affranchir de tous ces conseils que vous lirez, histoire d'en finir avec la surenchère de superlatifs "les meilleurs du mieux". Car c'est finalement par hasard que nous avons fait quelques unes des plus belles découvertes. Et là-bas, il y a de quoi faire !

    Et voilà, c'est ici que se ferme le premier chapitre de notre découverte de New York mais mon ptit doigt me dit que ce ne sera pas la dernière fois que vous en entendrez parler sur le 4h bricoleur, car pas de doute, mes derniers essais en pâtisserie en sont grandement influencés.
    Et puis un dernier petit mot pour remercier Émilie et Rémi, hôtes parfaits, partenaires culinaires de choc aussi mordus que nous et sans qui nous n'aurions même pas vu l'ombre d'un burger !

    dimanche 15 janvier 2012

    NYC - sweet food (1) : pâtisseries à la folie

    Si New York regorge de musées et monuments à visiter, de quartiers et d'ambiances à humer, la grosse pomme, c'est aussi une capitale gastronomique, qu'il faut littéralement croquer à pleine dent : elle vit au rythme de la nourriture, toute la journée, de toutes les manières, celle de tous les continents et toujours sans complexes, dans des cadres insolites, très souvent chaleureux et surtout audacieux, bref irrésistibles !

    Installez vous donc confortablement, prenez un petit cookie et un verre de lait, voici le deuxième volet de notre carnet de food new yorkais : Maxime a tenté de vous trouver le meilleur burger de la ville et de vous donner un aperçu de quelques autres bons plans salés. Maintenant, place au dessert.

    Retour en image sur notre itinéraire gourmand sucré effectué l'année dernière : l'occasion de rappeler à votre mémoire la quantité de douceurs que l'on doit aux américains et de donner quelques adresses, archi connues ou un peu moins, pour ceux qui ont prévu de faire le voyage. Je ne vous la ferai pas à la "Best of de la Planète Terre" mais ce qui est sûr c'est qu'on s'est régalé dans chacun de ces endroits.

    Commençons par quelques incontournables et coups de coeur où vous pourrez vous délecter d'un peu de tout ce qu'il se fait de meilleur par là-bas et dès la semaine prochaine, l'honneur sera fait aux meilleures enseignes à pâtisserie unique !

    Magnolia Bakery
    Fans de séries new yorkaises et de cupcakes, vous connaissez indéniablement cette adresse. Aussi cliché que cela puisse paraître, vous auriez bien raison d'aller faire un tour chez Magnolia Bakery lors de votre séjour même si ce n'est sûrement pas pour les cupcakes que je vous conseillerais d'y aller!



    Chez Magnolia Bakery, il y a les cookies bons mais sans surprises, les cupcakes qui ont continué de confirmer que vraiment je n'y étais en rien sensible, mais il y a eu aussi une terrible pecan pie que j'essaie en vain de reproduire, des blondies et surtout une part de "Banana cake and Chocolate butter cream" qui valait à elle toute seule le voyage de l'autre côté de l'océan. Je sais que beaucoup sont rebutés par l'allure écoeurante des layer cakes mais en réalité, il n'en est rien : bien faits, c'est un régal!
    Je vous explique le concept histoire d'en être convaincus ? Vous prenez trois délicieux banana cake que vous placez l'un sur l'autre sans oublier de mettre au-dessus, en-dessous, entre et sur les côtés une bonne ganache au chocolat (et non une bête crème au beurk) et là vous obtenez un des meilleurs gâteaux banane-chocolat jamais mangé, parce que oui, c'était sacrément fin et gouteux !

    Magnolia bakery
    5 enseignes à New York dont l'originale :
    401 Bleeker street
    New York, NY 10014


    Bruncher chez Sweet Melissa au coeur de Brooklyn
    Brooklyn c'est cool mec, the place to be. Mais le problème, c'est que Brooklyn c'est grand. Tout à la fois branché, roots et arty, touristique mais aussi résidentiel et secret, son mystère est difficile à percer car au milieu de tout ça, il y a aussi des quartiers perdus, le désert. Heureusement, il y a également Sweet Melissa, un adorable duo salon de thé et pâtisserie qui s'est trouvé un peu par hasard et par bonheur sur notre chemin.


    Le cadre est parfaitement anglo-saxon c'est-à-dire à la fois kitchounet, vintage et branchouille. Dans l'assiette le jour de notre première rencontre, des pancakes aux zestes de citron accompagnés d'une superbe confiture maison aux fruits rouges, de crème chantilly et de sirop d'érable : généreux, frais, moelleux, croustillants autour et juste ce qu'il faut de brioché à l'intérieur.
    A l'arrière, Mélissa vous offre même un jardin pour profiter du soleil de Brooklyn dès qu'il pointe le bout de son nez... Que demander de plus? Et bien pourquoi pas de délicieux scones, muffins et une assiette de granola à tomber par terre ?

    Vous l'aurez compris, Sweet Melissa c'est un peu comme à la maison : tout frais tout bon et aux petits soins!

    276 Court Street (at Douglass)
    Brooklyn, NY 11231



    Dean and Deluca
    Dean and Deluca c'est un peu la Grande Epicerie de Paris mais à New York. On y trouve d'ailleurs beaucoup de produits français et italiens. Vous me direz qu'on n'est pas venus pour ça, mais heureusement il y a bien mieux : les rayons poissons, boucherie, traiteur, boulangerie et pâtisserie sont tout simplement merveilleux. Les étals ne sont raisonnables ni pour le porte-monnaie ni pour la ligne mais pour une petite pâtisserie ou viennoiserie c'est le paradis, avec l'avantage de retrouver toutes les douceurs des grandes enseignes (Doughnut Plant, Amy's Bread, Sarabeth's, etc.) en plus de leurs propres produits.



    Dean & Deluca
    Un peu partout dans New York en version plus ou moins grande, store ou café, et notamment :
    1150 Madison Ave (At 85th Street)
    New York, NY 10028

    The City Bakery
    The City Bakery est avant tout un salad'bar dont Maxime vous a précédemment vanté le mac'n'cheese et le buffet de poêlée de légumes, salades, etc. original bien qu'un peu cher. Mais il y a également un vaste choix de pâtisseries et précisément de cookies incontournables : le fameux City bakery cookie est assez génial : énorme, croustillants autour et tout moelleux dedans comme si la pâte était à peine cuite, des pépites qui ne se moquent pas du monde et un bon petit goût de noisette ! On l'aurait bien mis n°1 des cookies new-yorkais si depuis on n'en avait pas trouvé de meilleur (!!! attention spoiler !!! suite au prochain épisode !!!)













    Vous trouverez à la carte pas mal d'autres variétés de cookies (oatmeal, peanut butter, etc.) ainsi que des muffins, tartelettes (mmmh blueberry-coco!) et autres pâtisseries.

    The City Bakery
    Pour l'enseigne principale :
    3 West 18th Street
    New York, NY 10011
    Coup de coeur également pour la version Birdbath (surtout pâtisseries/salon de thé) au New Museum of Contemporary of Art :
    Birdbath New Museum
    235 Bowery
    New York, NY 10002


    Eat et Whole Foods Market


    Enfin, il y a eu la babka au chocolat du matin et le scone américain (plus croustillant comme un cookie que brioché comme la version britannique) aux pépites de chocolat achetés chez Whole Foods Market (photos à gauche). Ce supermarché propose des rayons traiteurs et pâtisseries très appétissants où beaucoup viennent acheter leur pique-nique pour une pause déjeuner à Central Park. On se sert un peu comme à la cantine au milieu des rayons et on se retrouve à la caisse, aux côtés des caddies, avec son assiette ou son plateau en main... intrigant mais bon!

    Chez E.A.T. (une "branche" de la fameuse famille Zabar) vous trouverez des parts de cake d'une taille et d'un moelleux incroyables (photos à droite). Ce n'est pas donné pour y manger mais on se laisse volontiers tenter par un dessert à emporter.

    Whole Foods Market
    Plusieurs enseignes et notamment sur Colombus Circle :
    250 East 57th Street,
    New York, NY 10022

    E.A.T.
    1064 Madison Avenue
    (between E. 80th and 81st Streets)
    New York, NY 10028

    Rendez-vous dans quelques jours pour la suite et fin de notre aventure à New York avec de jolis concepts sucrés en perspective!
    J'en profite pour vous souhaiter à tous une très bonne année mais aussi une bonne fête à celui sans qui tout cela n'aurait pas été permis ;)